Récit de nos 2 journées d’escale en Chine – mais pas n’importe quelle Chine... : Hong Kong

Escale hong-kongaise

Monaco de la baie d'Halong, Santorin (pour ses pentes escarpées seulement) avec une végétation luxuriant, New York sous les tropiques… La comparaison pourrait être longue, tant Hong Kong rappelle, par certains points, pleins d’autres endroits de la planète et est unique à la fois. Ville grouillante et rugissante et douceur tropicale, pour nous ce changement radical a été perceptible dès la sortie de l’aéroport. De la paisible banlieue d’Osaka à la turbulente Hong-Kong, nous sommes passés d’un extrême à l’autre, en quelques heures.

Cet enchevêtrement de buildings plus ou moins modernes avec ces passerelles pour piétons un peu partout permettant d’accèder d’un immeuble à l’autre, a quelque chose de Metropolis. Des rangées de gratte-ciel désordonnés de tout style et toute couleur découpent l’horizon et en bas c’est un melting pot de la terre entière qui grouille et vient animer la ville et surtout y faire des affaires.

Une des choses les plus saisissantes est probablement le grondement de la ville. Même en haut du peak, au cœur d’un ilot de verdure à peu près epargné par la ville (si on fait abstraction de quelques voitures et d’un centre commercial…) on entend la ville vrombir.

Etrange balade où se mêlent lointains bruits de marteaux-piqueurs et bétonneuses et étrangers chants d'oiseaux inconnus, corne de brume d’un bateau au lointain et ronronnement d’un moteur d’avion survolant l’île, dans un endroit où pourtant la jungle envahie tout et on s’attendrait à entendre tout autre chose.

Escale hong-kongaise
Escale hong-kongaiseEscale hong-kongaiseEscale hong-kongaise
Escale hong-kongaiseEscale hong-kongaise

A HK on a testé :

  • Le train à crémaillère le plus vertigieux de la terre (perso, j'ai limite flippé et pas parce qu’il date de 1913…) (sur le "plus" vertigeux, info non verifiée, il s’agit juste de mon sentiment)
  • Les délicieux dim sum de Peking garden
  • Les bus à l'impérial qui roulent à toute berzingue dans les lassets montagneux de l'île
  • Le rendez-vous chez le dentiste qui coûte un bras (quelle idée Myrtille a eu d'avoir sa 1ère carie en voyage)
  • Les ferries qui assurent les transferts de Kowlon à Hong Kong
  • La balade autour du peak (cf.ci-dessus)
  • Le musée d’histoire : intéressant et très pédagogique avec plein de maquettes et de mises en situation et une belle expo temporaire de propagande chinoise à l’occasion du 25ème anniversaire de l’accord de rétrocession conclu avec les britanniques.
  • S'entraîner pour le surf en tentant de descendre du fameux impérial qui gigote dans tous les sens
  • Les malls de luxe, les marchés plus pouilleux
  • Tenter de se perdre à la recherche d'un bus qu'on ne trouva jamais
  • Les nuits hong kongaises. Bon, ça en étonnera peut être certains mais question fête NY n'a plus qu'à aller se rhabiller! Tout le monde dans la rue, la musique à fond (un peu comme en Espagne), sur plusieurs pâtés de maisons. C’est un peu fou et nous on a un peu pris un coup de vieux.
  • La balade au milieu des murs de lumière des buildings, Hong Kong la nuit…

Bref une escale organisée un peu sur la base des aléas de nos billets d’avion mais une escale que nous sommes rudement contents d’avoir fait.

Escale hong-kongaise

Dernière précision : spéciale dédicace à la famille Broquereau qui a "sponsorisé" notre étape kong kongaise.

Merci à Olivia, Antoine, Maxence, Raphaele et Damien pour leur chaleureux accueil, leur gentillesse, leurs bons conseils.

Et erci de nous avoir permis de profiter d’une soirée en amoureux qui nous aura donné l’occasion de découvrir HK by night.

Hong Kong, les 23, 24 et 25 avril

Retour à l'accueil