Bienvenue en terres du milieu

Nous avions raté la maison de Totoro au Japon, nous ne pouvions pas nous permettre de rater le village des Hobbits en Nouvelle-Zélande. Visite en terres du milieu, dans l’univers fantasmagorique de Tolkien dont la grandeur n’a d’égal que la mégalomanie de Peter Jackson.

Bienvenue en terres du milieu

Cela dit, parfois, la mégalomanie - ou le sens de la perfection - a franchement du bon, parce que le village des hobbits – Hobbiton – quand on y rentre on y est vraiment, rien n’avoir avec un simple décors de ciné qui ferait juste illusion ou un décor en carton pate type disneyland. Non, en un clin d’œil on est transporté dans cet autre univers, dans lequel on aimerait bien s’enfoncer plus encore, même quand on est un non initié. Alors quand on s’y connaît, je ne vous raconte pas…

Je resitue pour ceux qui ne comprendraient pas de quoi je parle : un hobbit est une sorte de demi-homme, tout droit de sortie de l’imagination de Tolkien qui en a fait des héros de ses romans, notamment dans le Seigneur des anneaux. Chef d’œuvre de la littérature Fantaisie, Bilbo le Hobbit et la trilogie du Seigneurs des anneaux sont particulièrement appréciés dans les milieux Geek, donc à la maison. Et Myrtille à la faveur d’un de nos derniers vols s’est même initiée toute seule à cet univers en regardant le dernier volet cinématographique du Hobbit - regardé et plus qu’apprécié puisque depuis elle l’a vu trois fois, dans tous les vols qui ont suivi.

Bienvenue en terres du milieu

Lors de la visite de Hobbiton, l’émerveillement de Myrtille n’avait d’égal que la fascination de Vence, qui a répété tout le trajet qui précèdait l’arrivée au village un « C’est très très beau » béa. Il faut dire que le paysage autour à quelque chose d’irréel et qu’on comprend que Peter Jackson réalisateur (des trilogies Le Hobbit et le Seigneurs des anneaux) ait eu envie d’y planter son décor : un paysage très vallonné, une lumière incroyable, un arbre immense, une herbe trop verte, un petit étang… tout y était. Il ne suffisait que de rajouter 3-4 portes rondes devant des trous et des vêtements et ustensiles à taille réduite.

Tout y était, bon j’exagère. La construction du décor a quand même pris 2 ans et demi. Rien que l’arbre au dessus de la maison de Bilbo a été réalisé* pour la modique somme de 250000 $. Voilà cette visite était drôlement chouette car intéressante et instructive. Nous avions un guide qui nous a expliqué tout un tas de choses sur le tournage, les effets spéciaux, les conditions de travail et de réalisation des films, etc.

Bienvenue en terres du milieuBienvenue en terres du milieu
Bienvenue en terres du milieuBienvenue en terres du milieuBienvenue en terres du milieu

Mais au delà de sa valeur informative, cette visite nous a fait rêver, nous a projeté dans un autre monde. Pour preuve – et pour qui connaît Vence il ne sera pas étonné – la petite phrase lachée par ce dernier en sortant de la taverne des hobbits, Green dragon « Moi j’aimerais trop vivre là ».

Je laisse, donc, à l’inconditionnel qu’il est, le mot de la fin : « Bon, ben c’était génial. J’ai adoré ».

Bienvenue en terres du milieu
Bienvenue en terres du milieu
Bienvenue en terres du milieu
Bienvenue en terres du milieu
Bienvenue en terres du milieu
Bienvenue en terres du milieu

Matamata, le 22 mai

* en ce qui concerne l'arbre en question, entendez par réaliser: trouver l'arbre de ses rêves de l'autre coté de l'ile, le transplanter, le transporter, importer des feuilles de Singapour et les coller une à une, pour le replanter à la fin du premier tournage mais finalement être obligé d'en faire un de toute pièce 6 ans plutard pour le tournage du Hobbit car il avait poussé entre temps et ne ressemblait plus à l'arbre initial...

Retour à l'accueil