Boire : c’est vite fait, pas grand chose à boire mis à part de l’eau puisque je conduis. Cela dit, le vin néo-zélandais nous a réservé quelques bonnes surprises et le petit verre du soir pour l’apéro avec la vue sur la mer, la montagne, les volcans ou les bois a été vivement apprécié – surtout après les journées de galère (cf. ci-dessous)

Déboires (plutôt techniques à vrai dire) :

  • Première prise en main du camping car, qui est une sorte de tank énorme, de nuit et à laquelle s’ajoute la chance et le bonheur de conduire à gauche !
  • Premier jour de transit : transhumance vers le nord et premier constat d’accident suite à l’arrachage d’un retro d’une camionnette garée sur le côté (youpi !)
  • Toujours premier jour et les deux qui ont suivi : notre camping car est décidément un veau qui n’avance pas. On plafonne à 45km/h dans les cotes.
  • 2ème jour : la ceinture côté conducteur reste bloquée et nous coince 30 minutes sur le bord de la route à tenter de la débloquer.
  • 3ème jour : notre épave (parce que globalement plus on avance plus on se rend compte qu’on s’est laissé louer une épave) est incapable de redémarrer en côte et nous créons à nous seuls un mini embouteillage dans la ville de Whangarei.
  • 4ème : on se fait arrêter par un passant qui nous indique que notre réservoir d’eau fuit
  • 4ème jour : ca ne peut plus durer nous repassons à l’agence de location pour indiquer qu’il nous semble qu’il y a un problème de puissance. Même constat chez eux. Nous sommes restés bloqués 2 heures à Auckland, le temps qu’ils effectuent la réparation.
  • 4ème jour toujours : avec toutes ces émotions nous n’avons même pas constaté que le réservoir d’essence était quasiment vide. Nous avons donc frôlé la panne d’essence avec tout le stress que cela génère.
  • 4ème jour : arrivée de nuit à Cambridge et on constate que les phares sont soit aveuglants pour ceux qui arrivent en face soit inefficaces pour nous… Après cette expérience, nous n’aurons plus tenté une seule fois d’arriver de nuit nul part…
  • 4ème jour enfin : passage par un pont de la mort hyper étroit où il a fallu faire preuve d’un bon esprit de slalom pour passer entre les poteaux.
  • Tous les autres jours : slalom entre les poteaux des divers et nombreux travaux de voirie. Je n’ai jamais vu un pays où il y avait autant de projet de réfection des routes
  • Tous les autres jours encore : slalom entre les cadavres d’animaux écrasés sur la route (20 par jour en moyenne !). Rien de stressant pour nous mais on a vu plus sympa…
  • 5ème jour : après notre petite visite de 3 heures du village des hobbits, retrouver un camping-car avec la batterie à plat pour cause de codes restés allumés (en plus quand on sait qu’ils sont inefficaces, ça fait raler).
  • 7ème et 11ème jours : contraints au dégivrage manuel tant l’antibuée fonctionne mal (je crois que notre loueur s’est vraiment permis de nous louer une épave !).

Boire et déboires en camping-car

Bref une accumulation de mini ou gros « emmerdements » qui n’a facilité pas vraiment notre vie quotidienne, mais qui nous laissera à coup sur dans quelques semaines des souvenirs à raconter.

Retour à l'accueil