Le coup de la panne à 4800

Avant de passer au récit de notre entrée - époustouflante - en Bolivie, je dois raconter notre dernière expédition chilienne. Nous avions gardé cette dernière pour l'avant dernier jour car nous devions approcher les 5000m d'altitude.
L'idée pendant notre semaine s'acclimatation andine était d'alterner journée de repos et d'excursion montant de plus en plus haut pour nous habituer doucement aux hautes altitudes auxquelles nous ne pourrions échapper en Bolivie (bon je pense que ça n'intéresse pas grand monde mais je le dis surtout pour rassurer nos parents).
Bref dernière excursion au salar de Tara à la frontière chilo-boliviano-argentine; avec un passage à 4800, une petite marche (en pente douce descendante) à 4300.
La encore paysages superbes paysages. Sauvages. Grandioses. Mais là les photos parlent mieux que moi...


Le coup de la panne à 4800
Le coup de la panne à 4800
Le coup de la panne à 4800
Le coup de la panne à 4800
Le coup de la panne à 4800
Le coup de la panne à 4800
Le coup de la panne à 4800

Seul fait vraiment notable et plutôt cocasse (d'autant qu'il s'est bien fini): le guide qui nous a fait le coup de la panne à 4800 en crevant un pneu du 4x4. Sincèrement c'est la que tu es content d'avoir un guide (de toutes les façons nous n'aurions pu faire l'excursion sans ça). Parce que changer un pneu c'est déjà pas trivial, de 4x4 n'en parlons pas mais à 4800m d'altitude, je vous prie de croire qu'il faut du souffle pour soulever la voiture avec le cric!

San Pedro de Atacama, le 27 juin

Retour à l'accueil