La jungle au naturel

Très belle expédition, avant-hier, au Nord du volcan Arenal, tout près de la frontière nicaraguayenne, sur le cano negro.

Après une petite heure et de demie de car, dont trente minutes sur une route en terre chaotique qui donne droit à « un massage costa ricien » dixit notre guide, nous voilà embarqués sur un petit bateau pour suivre ce petit canal qui conduit directement vers le Nicaragua. Une occasion unique de découvrir la jungle environnante sans la déranger. Pas un bruit de moteur, nous glissons doucement sur l’eau portés par le courant et nous nous rapprochons des rives quand il s’agit d’observer la faune. La jungle autour est luxuriante, foisonnante, étonnante… et généreuse, nous avons eu la chance de voir tout un tas d’oiseaux : martin-pêcheur, aigrette blanche, vautour, oiseau serpent – étrange oiseau à long cou qui plonge de longues minutes dans l’eau pour aller y pêcher son repas puis se fait ensuite dorer la pilule sur les rives du canal pour sécher ses plumes – de drôles d’oiseaux roses à bec de canard mais très très longs. Nous avons pu voir vivre plusieurs colonies de singes, jouant, mangeant et sautant de branche en branche : des singes à têtes blanches, des singes araignées, des singes hurleurs. Et je passe sur tous les reptiles : caïmans, iguanes, étonnant lézards jésus christ, qui doivent leur nom au fait d’être capable de marcher sur l’eau…. Bref tout un tas d’animaux à plumes, à poil et à écailles.

Avoir la chance de voir cette nature si belle, si riche et si peu dérangée par les hommes - parce qu'ici, le tourisme est très maitrisé et discret, très loin de ce que nous avions vécu à Bali avec les dauphins - ça donne le sentiment d’être bénis (je sais que ça peut faire un peu « cucu » dit ainsi mais c’est ce qui est le plus proche de mon ressenti).

Cano Negro, le 12 août

Retour à l'accueil