Pura Vida, retour à la vie sauvage

Le Costa Rica résumé en quelques mots c’est clairement et sans hésitation : la vie sauvage et naturelle dans tous ses états. La vie sauvage qui nous réconcilie avec la planète et redonne de l’espoir. Celle qui nous confirme et nous assure que l’écologie n’est pas une lutte vaine ou une utopie. Celle d’une nouvelle voie, ni capitaliste, ni communiste, ni non aligné, ni rien de tout cela… la voie du Costa Rica.

C’est pour cela que cet article s’intitule Pura Vida - cela signifie « vie pure, vie saine » mais c’est aussi la devise du pays et le mantra que tous se répètent comme pour dire merci ou bonne route. Pura Vida et non Hasta luego, comme cela aurait du l’être si j’avais titré comme les autres articles résumés, parce que ce message est porteur de tellement plus d’espoir.

Pura Vida, retour à la vie sauvage

J’ai peu parlé des choix politiques atypiques du Costa Rica dans le blog ces dernières semaines et pourtant… Perçu souvent comme la Suisse de l’Amérique latine, un pays de riches, plus proche des Etats-Unis que de l’Amérique du sud, le Costa Rica est pourtant un pays qui a fait des choix courageux et atypiques : neutralité et écologie.

Pura Vida, retour à la vie sauvage

La neutralité, au sens propre du terme, avec ce que cela implique de risques, puisque contrairement à la Suisse, le Costa Rica n’a pas d’armée. Une source d’économies substantielles, qui a permis au Costa Rica d’investir dans l’Education. Le Costa Rica est le pays avec le système scolaire le plus développé de la région et les meilleures universités.

L’écologie : le pays s’est lancé dans les années 70 dans la préservation de son environnement et en a fait sa ligne de conduite, tous gouvernements confondus. Un choix pas évident et qui va à l’encontre des intérêts individuels immédiats. Un exemple : en 1986 ce qui préside à la création du premier parc naturel maritime « Ballena » sont les terrassements réalisés par les riches propriétaires américains qui commencent, à l’époque, à investir dans la région. Cela pollue la montagne mais aussi l’océan plus bas et perturbe l’écosystème. A terme les baleines qui migrent annuellement dans la baie risquent de déserter les lieux. Les autorités décident alors de préserver les lieux en en faisant un parc naturel. Plus d’investissement immobilier mais une manne bien plus pérenne à terme : l’écotourisme.

Pura Vida, retour à la vie sauvage

Conclusion : aujourd’hui les parcs naturels nationaux couvrent près d’un tiers du territoire, ce petit pays est celui qui compte la faune et la flore la plus diversifiée au monde et le tourisme – haut de gamme - est devenu, en 40 ans, la première source de revenus de pays (devant les puces informatiques, 1er produit d’exportation, et les ananas ; le café pourtant réputé n’arrivant que loin derrière).

Sans conteste l’image qui restera accrochée à nos mémoires après ces quelques semaines au Costa Rica est celle de cette nature omniprésente et de cette vie sauvage à l’état pure. L’image de cette nature débordante, de cette jungle dégoulinante sur les canaux et la mer, de cette forêt luxuriante où le vert d’arbres géants et millénaires envahi tout. Une image presque irréelle, comme sortie d’une bande dessinée de Léo ou d’un film de sciences fictions. Une nature où s’épanouit, avec ses propres règles, un règne animal extravagant et étonnant. Les costariciens vivent – ou on l’air de vivre – hyper bien dans ce milieu naturel extrêmement présent et font un enjeu de sa préservation, comme si tout ceci était naturel et facile.

Pura Vida, retour à la vie sauvage

Pura Vida est peut-être un slogan marketing très bien rodé et efficace mais il parait intégré par tous et vécu de manière des plus sincères. Plus qu’une devise, c’est un mode de vie qui rend la découverte de ce pays, au-delà de ces attraits évident en matières de sciences naturelles, des plus riches et passionnantes.

Pura Vida, retour à la vie sauvage
Pura Vida, retour à la vie sauvage
Pura Vida, retour à la vie sauvagePura Vida, retour à la vie sauvagePura Vida, retour à la vie sauvage
Pura Vida, retour à la vie sauvagePura Vida, retour à la vie sauvage
Pura Vida, retour à la vie sauvagePura Vida, retour à la vie sauvagePura Vida, retour à la vie sauvage
Pura Vida, retour à la vie sauvage
Pura Vida, retour à la vie sauvage
Pura Vida, retour à la vie sauvage
Pura Vida, retour à la vie sauvagePura Vida, retour à la vie sauvage
Pura Vida, retour à la vie sauvagePura Vida, retour à la vie sauvagePura Vida, retour à la vie sauvage
Pura Vida, retour à la vie sauvagePura Vida, retour à la vie sauvagePura Vida, retour à la vie sauvage
Pura Vida, retour à la vie sauvage
Pura Vida, retour à la vie sauvage
Pura Vida, retour à la vie sauvage
Pura Vida, retour à la vie sauvagePura Vida, retour à la vie sauvage
Pura Vida, retour à la vie sauvagePura Vida, retour à la vie sauvagePura Vida, retour à la vie sauvage
Pura Vida, retour à la vie sauvagePura Vida, retour à la vie sauvage
Pura Vida, retour à la vie sauvage
Pura Vida, retour à la vie sauvage
Pura Vida, retour à la vie sauvagePura Vida, retour à la vie sauvage
Pura Vida, retour à la vie sauvagePura Vida, retour à la vie sauvagePura Vida, retour à la vie sauvage
Pura Vida, retour à la vie sauvagePura Vida, retour à la vie sauvage
Pura Vida, retour à la vie sauvagePura Vida, retour à la vie sauvage
Pura Vida, retour à la vie sauvage

Costa Rica, du 5 au 28 août

Retour à l'accueil