Toucan dans la brume

Ce qui est fantastique au Costa Rica, c’est qu’à peine on lève la tête, on tombe sur un animal à observer. Comme si nous étions dans un zoo à ciel ouvert (bon ça ne veut rien dire j’en suis consciente mais vous comprenez l’idée général : vivre en pleine nature comme dans un zoo sans cage). Nous étions prévenus la faune et la flore du pays comptent parmi les plus riche du monde et même, sans conteste, les plus riches au m², eu égard à la petite taille du pays. L’explication scientifique : le Costa Rica compte 51 milles km² mais plus de 6 microclimats. 3 plaques tectoniques se rejoignent dans la région. De quoi engendrer une belle diversité, très intelligemment préservée par le pays qui s’est très rapidement positionné sur l’éco-tourisme et la sauvegarde de ce patrimoine.

Voici pour les explications mais pour ce qui est de l’expérimentation il faut avouer que c’est tout de même assez impressionnant à vivre. Traversez un pont suspendu et si vous êtes attentifs vous pourrez voir 20m plus bas un énorme varan qui attend la fin de la pluie dans un tas de sciure. Prenez un bateau sur un canal et si vous êtes suffisamment lent vous découvrirez tout l’écosystème qui s’est recréé et vit sur un tronc d’arbre arraché avec, en roi sur son territoire, un lézard Jésus Christ. Cherchez sous une grande feuille et vous tomberez sur une petite famille de chauve-souris bien à l’abri. Lézardez, le nez en l’air, au bord de la piscine et vous pourrez voir un singe araignée en train de se faire un festin au-dessus de votre tête. Petit déjeuner tranquillement et vous assisterez à un ballet d’oiseaux jaunes et verts. Posez-vous deux minutes sur la terrasse pour écrire un court texte et le temps de trouver votre inspiration, vous verrez passer un lézard géant - un iguane, quoi - et sortir de la brume, un toucan.

La Fortuna, le 10 août

Retour à l'accueil