Première image que je garde en tête à notre arrivée celle de notre atterrissage. A 5 minutes du sol notre avion a plongé dans une épaisse brume brune. La côte et les maisons étaient difficiles à distinguer. Même Vence qui en est à son 5ème séjour à Shanghai a été surpris. Voilà c’est ça la pollution.

Dans le même ordre d’idée, nous avons croisé avant même notre arrivée à l’hôtel des champs de poteaux électriques et lignes haute-tension. Alors bien sûr les abords d’aéroports ne sont pas toujours les endroits les plus charmants – exception faite des abords de l’aéroport de Maupiti – mais là c’était tout de même assez impressionnant. Une image qui nous dit quelque chose de la démesure de ce pays et de ce besoin démentiel d’électricité pour appuyer une croissance affolante.

Atterrissage dans la brume

Shanghaï, le 1er avril

Retour à l'accueil